Dans nos ateliers avec Caroline Vittori

Publié le : 22/02/2016
Catégories : Inside Karma Koma

Comme vous le savez Karma Koma propose une ligne de bijoux réalisée en collaboration avec deux créatrices de bijoux.  Accompagnés de Caroline Vittori (La Pépite ndlr) nous avons poussé notre curiosité jusqu’aux ateliers, rencontre avec la créatrice et ses artisans bijoutiers. 

MAIS QUI EST CAROLINE VITTORI ?

-

C’est moi (Haha). Je suis née à Bastia, il y a quelques années de ça… J’ai fait des études d’histoire de l’art, d’architecture, de paysagisme, toujours intéressée par la création et les arts. Je suis passionnée de voyage depuis très jeune, mais également par le dessin, je suis peintre à mes heures perdues (même si elles se font de plus en plus rares). 

COMMENT ES-TU ARRIVEE A LA CREATION DE BIJOUX ?

-

C’est drôle, d’une certaine manière mon parcours ressemble beaucoup à celui de Laurence pour la création. Un peu par hasard donc… J’ai toujours aimé dessiner, façonner, créer. Mon voyage à Bali m’a permis de matérialiser mes envies. En 2007, j’ai sauté le pas et j’ai lancé « La Pépite ». 

A l’origine je travaillais des métaux comme l’or et l’argent mais mes bijoux coutaient trop chèrs à l’achat, je me suis donc dirigée vers le laiton. Il permet plus de fantaisie tout en rendant mes pièces accessibles à toutes. C’était ça mon souhait premier, faire des bijoux abordables et originaux. 

OU TROUVES-TU TON INSPIRATION ? QUEL EST L'ADN DE LA PEPITE ?

-

TOUT, c’est cliché comme réponse non ?

La Pépite ce sont des bijoux abordables et intemporels mais également minimalistes, des formes asymétriques et épurées tout en restant féminines. Il n’y a pas de ligne rigide, je me laisse guider par mes envies. Des bijoux qu’on porte au quotidien, qui vivent avec nous. 

QUEL EST TON PROCESSUS DE CREATION ?

-

Une envie pour commencer, que je matérialise par un dessin, j’en parle ensuite avec les artisans,  ils réalisent un prototype, parfois le modèle est parfait, parfois on procède à quelques modifications puis on lance la production dans les bonnes couleurs. Cet été j’ai travaillé le laiton, plaqué or jaune ou rose (18 carats) argent (925) ou brossé.

Ma signature : un effet deep die pour un plaquage dégradé sur certaines pièces.

 

ET TA COLLABORATION AVEC KARMA KOMA ?

-

Sensiblement le même esprit, même si cela demande une adaptation en adéquation avec les vêtements et les maroquineries. L’idée étant de proposer des bijoux qui vont compléter les tenues. Des parures pour habiller les grands décolletés, des pièces structurées pour casser les lignes floues.  

QUELQUES MOTS SUR TES ATELIERS ?

-

Aujourd’hui et après des années de recherche j’ai enfin trouvé deux ateliers parfaits pour la réalisation de mes créations.

Chacun à sa spécialité et son atmosphère. Le workshop d’Eric est un petit atelier au fond d’un petit gang à Seminyak (à Bali ndlr). Je l’appelle l’atelier des chats, parce qu’ils ont deux petits chats adorables, c’est un lieu très paisible. Je travaille également avec l’atelier de Gnateri. J’y réalise les pièces plus complexes, j’adore l’ambiance dynamique qui y règne, les bijoutiers travaillent sur des rythmes rocks électriques. Mais je vous laisse découvrir tout ça en image !

Retrouvez les bijoux La Pépite ICI*

Enregistrer

Enregistrer

Partager ce contenu